| présentation du projet de grand ensemble dramatique "L'Histoire mondiale de ton âme" - 2015 |

| conférence indédite - 2014 |

QU'ÉCRIRE ?
De la représentation à la contamination


Contribution au colloque "Écrire avec son temps" – ISAD/ENSATT
Tunis, 17 et 18 avril 2014

| article - 2015 |

Publié dans l'Autruche n°6, revue théorique de la Comédie de Genève

3 notes sur le néo-dramatique



On n'écrit pas du théâtre, mais pour le théâtre. Le transitif direct de l'écriture s'arrête aux frontières du plateau. Aucun texte ne fait théâtre. Pour faire théâtre, il faut des corps et de l'espace, de l'action, une assemblée composée d'acteurs et de spectateurs.

| considérations inédites |

Contribution au colloque "Ceci est mon corps"
La performance d'écrivain : spectacle, stratégie publicitaire, invention poétique
du 31 janvier au 2 février 2018
Université 2 – Montpellier
en partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature

| jazz poems & apostrophes |

(2011-extraits)

 

| jazz poems - 2011 |

 

 500 FilmsNoirsPochette300 85

Voix et quartet de jazz.
Voir ICI

| paroles |

CUERNAVACA


juste au-dessous du volcan de Lowry
a vécu Charles Mingus
voie Humboldt maison dite Casa Verde
Cuernavaca Mexique
chaque matin sur la terrasse donnant plein
sud
cloué sur sa chaise par l'amyotrophie
il s'initiait à l'esprit du concert végétal

| poèmes à musiquer - 2006 |

1.

comme si j'avais
tenez de mes dix doigts tenus sarment
au seuil de la matrice
tenu ténu le jus de la mamelle absent
tenu le blanc non bu pour la la sève vermeille
de l'existence et même
pour le jus de l'existence-même
à même la mère-terre
à même la soif essentielle
la tête à subsister la bouche à
s'enviner du blanc primeur coulant
de ses seins interdits de primipare
comme
pélican de grave ou pingouin de côteau
si j'avais à coups de bec ou d'aile
crevé la poche pour mon dû
"j'exige génitrice l'elixir de soleil
Je n'ai pas eu ton sein
j'ai le luxe du vin"

| jazz poem - 2014 |

hommage au tromboniste Alain Gibert
jazz poem en kit pour voix et orchestre de trombones
ARFI/ Éclats, Lyon 2014

né-ant
né-ant
né-ant
né-ant
le néon borgne cligne du bleu en fond d'arrière-cour
55 à la noire tempo slow ballad des ailes de nuit flap flap
good-bye pur paillard
flap

| deux poèmes à souffler |

(pour la Cie des Souffleurs - 2011)

 

les souffleurs site

| hommage à Jean-Luc Lagarce - 2007 - inédit |


contribution à l'hommage à JL Lagarce
Théâtre Ouvert – Paris 25/02/2007

 L'ASSEMBLEUR IMPERCEPTIBLE 


je ne suis plus
seul dans ma maison je tourne et détourne
ne me retourne pas car
ce que nous avons fait n'a plus lieu d'être
notre mémoire ce sont les autres
toujours déjà là quand nous étions encore

| chronique - 2002 |

 
Salut et toast fraternel à Fernando Gomez Grande (traducteur espagnol de mes pièces), et à Hector, dit Tito, Noguera, (interprète de Theo Steiner dans "Sigue la tormenta" / "Toujours l'orage", représenté en 2002-2004 au Teatro Camino, à Santiago de Chili), songeant aux "alliés substantiels" de Char ("Avec Braque, peut-être, on s'était dit…", Recherche de la base et du sommet, 1963.)

Pourquoi aurions-nous éprouvé le besoin de nous vérifier mutuellement dans l'épreuve puisque nous nous étions trouvés d'accord, d'instinct — et d'à peu près tout —, acquiescant par avance aux mots, aux gestes, à ce qui fait que le théâtre n'est pas principalement production d'ouvrages mais pont jeté dans tous les sens de la rivière, et tentative d'assemblement singulier.

| nouvelle |

 

"J'ai commencé par me demander qui j'étais, parce que je ne suis pas quelqu'un d'autre, puis j'ai répété mentalement, à l'infini, mon véritable nom, jusqu'à ce qu'il perde tout sens, à la suite de quoi il y a eu un grand vide blanc dans lequel je me suis installé sans violence et qui était l'être et le non-être."
JUAN CARLOS ONETTI, Quand plus rien n'aura d'importance.

| considérations diverses |

texte publié dans Lexi/textes (revue du Théâtre National de la Colline) n°10 - 2006 - 



Extraits de courriels en réponse aux questions des visiteurs du site, d’entretiens, de réponses à des questionnaires (soumis par des journalistes, des théâtres, des chercheurs…), bouts d’idées jetés sur le « moleskine » qui ne me quitte jamais, griffonnages dans les marges…
Toutes époques, provenances et thèmes volontairement mélangés.