| paroles |

CUERNAVACA


juste au-dessous du volcan de Lowry
a vécu Charles Mingus
voie Humboldt maison dite Casa Verde
Cuernavaca Mexique
chaque matin sur la terrasse donnant plein
sud
cloué sur sa chaise par l'amyotrophie
il s'initiait à l'esprit du concert végétal

la voix de Lowry résonne encore à
Cuernavaca pourtant
sans le consul rien ne va plus au
casino de La Selva
El Farolito s'est évanoui dans le
sud
nul ne sait qui furent Yvonne et Geoffrey
ni n'a jamais entendu parler de Charles Mingus


( in "Sud" – Musique : JM Padovani)


ANGE À TOUS DÉDIÉ

Quel est cet ange inquiet qui passe sur la ville? / Ange des corps trop seuls et des coeurs à l'encan / Ange des yeux perdus à la pêche aux regards / Ange des peaux sans peaux et des âmes sans soeurs / Quel est cet ange donc piétinant le bitume / Ange des je te te veux toi qui n'existe pas / Des messies sans apôtres et des autres sans uns / Des Saint Paul sans épîtres et des pitres sans rires
R : Ange du macadam / A quel diable de mac / As-tu vendu ton âme? / Ange mademoiselle / Qui t'a rogné les ailes ?
Quel est cet ange noir dans le septième ciel? / Hérétique angelot dollars entre les seins / Diablotin dissident amour entre les dents / Ange des bas quartiers et des bourses trop pleines / Es-tu ange vénal pêcheresse ou martyre? / Et du divin marquis Juliette ou bien Justine? / Prospérité de l'une infortune de l'autre / Dé-mons vices privés ange vertus publiques
(R)
Ange à tous dédié cruxifié au plumard / Plumage écartelé soupi-rant sous l'outrage / Ange des gens qui passent et de la mâle en-geance / Mon amante fugace ange à tous enlacé / Pardonne-leur ils ne savent pas ce qu'ils sont

(Pour Jean Guidoni – Musique Bertrand Binet)


CI-GÎT

Ci-gît une ville / Ci-gît une vie seule linceul d'ennui / Ci-gît la nuit impavide / Ci-gît l'envie qui passe inassouvie / Ci-gît une ville / Ci-gît si docile / Ci-gît le délicieux suicide / Ci-gît la ville homicide / Ci-gît l'inhumé vif à domicile

Here lies a late city / Here lies a lonely life shroud of boredom / Here lies the impassive night / Here lies desire which fled unsatisfied / Here lies a city / Here lies so docile / Here lies the delicious suicide / Here lies the homicide town / Here lies buried alive someone at home

(in "Takiya ! Tokaya !" – musique : JM Padovani)


SOUND AND FURY

Six juillet soixante-deux
Mort de William Faulkner
A Byhalia Marshall County Etat du Mississipi
Adieu Addie Bundren Sarto-ris Lena Grove
Caddy et Quentin Compson Whitfield Pea-body Miss Jenny

Dieu du Yoknapatawpha
Tandis que tu agonises
Monte du sud et dans la
Lumière d'août
The sound and the fury

Jefferson effacé laisse un parfum de scotch
Po-peye et Temple Drake n'ont laissé qu'un épis de maïs
A Jack-son est l'asile où finit Darl Bundren
Au cimetière d'Oxford repose le rêveur de Rowan Oak

(in "Sud" – Musique : JM Padovani)


UN ANGE EST PASSÉ

Un ange est passé
J'ai prié si fort
Qu'un ange qui passait
A viré de bord
Ange prends-moi
Sous ton aile
Et vois comme je suis aux anges
Je veux être ta moitié d'orange
Lucifer
Je veux faire la bête
Et la belle
Au septième ciel
Où soupirent les anges

Mon ange est passé
Et d'un seul coup d'aile
Il a tout effacé
Les cris les querelles
Coups et blessures
Et disputes sur
Le sexe des anges
Pas de danger
Que je perde au change
Tu peux rire
Triste sire
Mais l'ange
L'ange et moi
Quand on se mélange
Comme je me venge

Un ange est passé
Un silence glacé
Démasque notre ennui
Tu bois chaque nuit
En solitaire
Dans les bars déserts
Tu défies les anges
Fin du grand jeu
Tu rentres fin saoûl
Cassant tout
Menaçant de me
Battre au sang
Je cris
Je prie
Le ciel fasse qu'un ange passe

(Pour Anna Prucnal – Musique : JM Padovani "La dame blanche")


CHANSON DU SPECTATEUR DÉPRIMÉ

Primo la vie c’est tout du flan
Beaucoup de bruit pour pas grand-chose
De ci de là des corps
Plantés dans le décor
Couchés sous un nom et deux dates

Eh oui deuzio il y a la mort
Silence et que dalle à perpète
On n'te donne pas la vie
On te la prête à condition
Tu joues un peu avec
Et puis ?

(refrain)
Demain demain il fera jour
Mais la nuit s'ennuie
Du jour, et le jour
Soupire après demain

Tertio la joie n'est plus ce qu'elle
Était, si j'en crois les sondages
Une pilule et puis
Le bidule s'épuise
En vain dans le joyeux carnage
Pour finir il y a les poètes
Ces oiseaux d'malheur avec leurs airs
D’en savoir plus qu’ils savent
Et qui refourguent au cabaret
Toutes leurs idées noires
Et puis ?

(in "Demain il fera jour" – Musique Chris Gonzales))


TRISTE TROTTOIR

Triste trottoir combien de nuits
Ai-je trompé mon ennui ?
En te sui-vant
- que puis-je y faire ? -
Soir après soir en enfer

Trottoir étroit
Dans cette chasse
Suis-je la proie
Ou le rapace?
Je cueille en ton coeur de granit
Mes phalloïdes amanites

Tentant trottoir à présent j'ai
Tant trotté que mes trajets
S'en sont allés comme l'amour
En dédaléens détours

Trottoir Eden
Des amazones
Ta noire scène
Sera ma zone
Triste trottoir je rentre seule
Tu tisseras mon linceul

(in "Palais Mascotte" – Musique D. Levaillant)


ELLE ÉTAIT UNE FOIS

Vivre c'est inventer quelqu'un
Ma vie n'est qu'une silhouette
Taillée dans du papier journal
Moitié moi et moitié quiconque
Elle était une fois quelqu'un

Je me suis dessinée en bleu
Sur fond d'époque rouge sang
Figurine en pâte à papier
Je joue à vie mon propre rôle
Dans mon théâtre d'ombres bleues

Rien n'est plus difficile à croire
J'étais je suis et je serai
La vie sans aucun doute n'est
Qu'une fable à dormir debout
Mais j'ai la faiblesse d'y croire

(in "Diverses blessures" – Musique : JM Padovani)


CHANSON DE LA BALLE DANS LE VENTRE

Je suis comme ces manchots
qui tendent
mentalement leur main absente
Et sentent que leur bras manquant
les démange

J’ai eu deux fils
et trop d’histoires d’amour
Bien trop d’histoires et trop peu d’amour

Mon fils ainé m’aime tant
qu’il veut
me voir crever à l’asile
L’autre n’est plus qu’un prénom sur
une tombe

Un jour j’ai su
qu’il n’y aurait plus d’amour
Cette fois la balle était dans mon ventre
(Mais personne aux pieds de qui se rouler )

On souffre on se regarde
souffrir dans les miroirs
Et l’on voit qu’on n’est rien
Qu’une plaie inventée

Peu à peu j’ai perçu une présence
Une ombre
Quand j’ai compris ce que c’était
j’ai su qu’il n’y aurait plus jamais rien d’autre
que c’était ça ou rien

Etait-ce de la musique
Etait-ce une langue inconnue
L’ombre rêvait je transcrivais
dans ma langue

Des milliers d’heures qui filent
et des milliers de mots
On se croit solitaire
mais on est surpeuplé

Il m’a fallu jeter tous ces mots à la rue
comme on se jette à l’eau
comme on jette un défi
Au début j’avais peur puis je n’y ai plus pensé
J’en avais fini avec la pensée
La pensée de soi
Tout est devenu action

Jour après jour écrire
et puis
courir gueuler de par les rues
et s’enorgueillir d’une balle
dans le ventre

Un jour j’ai vu
que quelqu’un m’attendait
Cette fois la balle était dans mon camp
(Bis.)

(in "Les réprouvés" – Musique : JM Padovani)


CHANSON DE QUELQUE CHOSE

Dans cette vitrine
où tout respire
l’argent facile
Je me reluque
triste et crevée
mal fagottée
superposée
au tralala
J’ai l’air de quoi ?
De quelque chose
qui n’est pas moi
C’est pourtant moi
Mais quelque chose
me dit que quelque chose
manque
que quelque chose
ment
Dans cette vitrine
où tout respire
l’argent facile
Je me reluque
triste et crevée
mal fagottée
superposée
au tralala
J’ai l’air de quoi ?

(in "Les réprouvés" – Musique : JM Padovani)


PORK-PIE-HAT SONG

Lester "pork-pie hat" Young alias Le Prez est mort
good bye
son ténor éclairait la terre
dans l'ombre souffrait Lester
il sombra triste mais cool
dans un long solo d'alcool
tant va la vie
à vau l'eau
qu'elle se noit Chazz
coule le jazz
vient la coda
soudain la vie s'en va
comme elle est venue

Lester est mort
et Mingus
joue son tout dernier chorus
leurs thèmes
gravés bleu sur noir
bravent un même
désespoir
hommes seuls leurs âmes sœurs
transgresseront de concert
les lois de la
gravitation universelle
duo du ciel
Prez et Charles Ming
anges damnés du swing
font durer le plaisir

Vient l'heure où les couleurs passent
un jour la douleur s'efface
la nuit est le suaire du temps
et Prez l'a lesté de bleu
le néant n'est pas triste
néon bleu-nuit
dancing vide où résonne
l'accord final
farewell Chazz
adieu le jazz
dernier soupir
les montreurs de rêves
montrent leur mains vides
good bye...

(in "Mingus, Cuernavaca", sur le thème de "Good bye Pork-Pie-Hat"- Musique : Charles Mingus – Arrangement : JM Padovani)


POSE TON FARDEAU

tu es trop seul crétin dans la bourrasque
tu boxes des ombres et tu cherches tes mots
trop fou trop sage dans la foule affolée
tu te noies dans l'impasse Tourne la page

tu te devras des comptes T'en rends-tu compte ?
tu te devras la mort L'amour n'en parlons pas
tu boxes et tu te noies Es-tu seulement solvable ?
ou tout juste soluble dans un verre d'eau ?

pose ton fardeau
sous les étoiles
pose ton fardeau poète

tes plans sur la comète te compromettent
trafic et usage d'espoir (au trou !)
désespoir usagé tire la chasse
assez grincé assez gesticulé

qu'as-tu fait de tes mains tête lasse ?
à quoi servent les pieds ? Sens de la marche
ton corps en veut encore ? alors ? alors ?
sans un regret sans crainte et sans espoir…

… pose ton fardeau
sous les étoiles
pose ton fardeau mon vieux

(in "Angelus novus" – Musique : JM Padovani)


SAD SONG

rêveur achève
achève ta chimère
enfouis-moi dans la nuit

enfuis-toi loin
prend congé de ton rêve
sur ce sad song
amer générique de fin
qui laissera ton songe sur sa faim
privé de happy end

le jour se lève
je voudrais bien en jouir
mais le vent qui s'est pris dans mes ailes écartées
souffle si fort qu'il me repousse
et met à mal l'angélique sad song
l'heure est venue de prendre mon vol

je retourne au futur d'où je viens
je voudrais m'attarder mais le temps m'est compté
j'ai volé le sommeil d'un poète
ma mission accomplie je lui dicte ce sad song

(in "Angelus novus" – Musique : JM Padovani)


EXIT BLUES

ne vas-tu pas sortir du bunker
ne vas-tu pas te baigner dans un autre fleuve
ne vas-tu pas t'offrir à tous les vents

ne vas-tu pas cracher sur ta tombe
ne vas-tu pas crier ne vas-tu pas criser
ne vas-tu pas dinguer bourlinguer délinquer

ne vas-tu pas changer le sens de la marche
ne vas-tu pas jeter des pierres avant de les ramasser
ne vas-tu pas remiser les fossiles dans leur cocon de craie

ne vas-tu pas t'évaporer
ne vas-tu pas couler oiseau gazouiller source
ne vas-tu pas like a rolling stone

(in "Exit" – Musique : JM Padovani, O. Sens)


BLUES DE L'ESPÈCE

espèce prison espèce matonne
dites la première image qui vous vient
barrage routier rangers armes à la hanche
colonne de vous et moi mains sur la tête
files d'attente marches de la mort
espèce de ring pour match truqué
aucun de nous n'en sortira vivant
l'espèce en liesse à coups de manches de pioche
fusil d'assaut livré sous vingt-quatre heures
facilités de paiement

espèce inhumaine inhumée
numérisée risée de l'univers entier
ces têtes d'épingle qui ont inventé dieu
ces régiments de trous du cul qui causent musique des sphères
et qui potassent pour se donner un genre
humain

(in "Exit" – Musique : JM Padovani, O. Sens)