2017-2018
artiste associé



Les "Scènes du Jura", scène nationale sise à Lons-le-Saunier et Dole, invitent Enzo Cormann au long de la saison 2017-2018 en qualité d'"auteur de saison".
Plusieurs spectacles, performances, ateliers formeront le contenu de cette association, qui connaîtra notamment un "temps fort" du 14 au 26 mai, intitulé "IDENTITÉS NOMADES"...




S’il est bien une procédure qui définit notre époque, et ce que nous revendiquons volontiers comme notre civilisation, c’est le contrôle d’identité. Nous sommes censés être identiques à nous-mêmes, et à ce qu’attend implicitement d’un individu la société à laquelle nous appartenons. Sauf que, comme le notait Marx (Groucho, pas Karl), « Je n’accepterais jamais d’intégrer un club qui m’accepterait pour membre »...
C’est qu’en effet rien n’est plus déceptif, plus mortifère que la conformité – à commencer par la conformité... à soi-même ! On dit volontiers qu’il faut s’efforcer de « devenir ce que l’on est ». J’en tiens plus volontiers pour la formule inverse : s’efforcer d’être un devenir. Crever la baudruche de l’identité, la faire fuir. Il s’agit moins de devenir quelqu’un, que de refuser toute forme d’assignation à résidence.
La littérature et le théâtre ont ceci d’épatant qu’ils nous permettent d’élargir le champ des expériences existentielles et, ce faisant, d’enrichir notre devenir de possibilités inédites. Le théâtre est strié de lignes de fuite : lignes de rupture ou lignes d’erre, lignes de faille, lignes nomades...
Ces lignes que dessine le « et si ?… » qui est au principe de toute fiction : et si... nous quittions le giron de l’identité fixe ? et si... nous nous inventions une identité nomade ?

Qu’ai-je à offrir en partage ? De petites expériences sensibles, empathiques et pensives, des questionnements, des paroles, des paraboles… susceptibles de faire théâtre. Cinq rendez-vous singuliers et pluriels que je nous propose par l’entremise des Scènes du Jura, comme autant de pas de côté, d’itinéraires bis, de lignes de fuites...
- HORS JEU, pièce publiée en 2013, que j’interprète seul dans la mise en scène de Philippe Delaigue, et le dispositif sonore conçu par Philippe Gordiani.

























Puis, dans le cadre du temps fort Identités nomades :
- COMME UN CHORUS DE BLEU, jazz poem que je performerai en compagnie d’un trio de jazz conduit par mon vieux complice, le saxophoniste Jean-Marc Padovani.
- JE M'APPELLE, choeur mémorial des naufragés de la croissance, partiellement écrit par un groupe de Jurassiens en situation précaire, à partir du texte homonyme que j’ai publié en 2008.
- L'HISTOIRE MONDIALE DE TON ÂME, que mettra en espace Philippe Delaigue.
- CE QUI GRONDE, solo dramatique écrit pour "Le Théâtre c'est (dans ta) classe", mis en scène par Nathalie Garraud.

Le Théâtre c’est (dans ta) classe est une opération qui, comme son nom l’indique, vise à faire entrer le théâtre dans les établissements scolaires. Le principe est très simple : on pousse les tables et les chaises, on forme un petit gradin improvisé et là, une comédienne (ou un comédien) apparaît, sans décor, sans lumière artificielle et sans son rajouté, dans un rapport direct avec les élèves, pour faire entendre des textes contemporains qui évoquent les problématiques, les paysages et les obsessions de l’adolescence...