conte chaosmique

performance

 reproduction de lexposition de Natasha Krenbol 22Esprits animaux22 Montlger juillet 2011
Natasha Krenbol, Adjamé

 

« Vite !, disait seulement celui des slogans écrits sur les murs qui fut peut-être le plus beau. »
Guy Debord


Convié à une séance de travail d'une compagnie théâtrale travaillant à partir de ses textes dramatiques, le philosophe Pierre Félix s'endort dans une loge et se réveille au milieu de la nuit, prisonnier du théâtre.
Depuis les gradins, face à la scène désertée par ses acteurs, il entreprend l'écriture d'une féérie clownesque intitulée VITE !


Je compose actuellement ce polylogue pour voix seule, en manière d'hommage amical et artistique au philosophe et psychanalyste Félix Guattari, auteur d'une vingtaine d'ouvrages entre les années 70 et 1992, année de sa mort, à l'âge de 62 ans.
Nous nous sommes liés d'amitié à la faveur de la création théâtrale des Rêves de Kafka, que Félix avait colligés et que j'avais adaptés pour une mise en scène de Philippe Adrien, en 1984. 

Si les ouvrages philosophiques et les essais de l'auteur de La Révolution moléculaire et de Chaosmose — notamment ceux écrits avec Gilles Deleuze (L'Anti-Oedipe, Mille plateaux, Qu'est-ce que la philosophie ?…) — figurent en bonne place dans les rayons de la bibliothèque philosophique du XXè siècle, son désir de théâtre, dont témoignent aujourd'hui une demi-douzaine de pièces écrites à la fin des années 80, est en revanche demeuré confidentiel.

« Ce théâtre comique, potache et d’inspiration dada, témoigne d’une posture existentielle que [Félix Guattari] n’a pas cessé de revendiquer : celle de ne jamais être là où on l’attend, de ne jamais habiter le centre des choses et d’explorer plutôt les périphéries et les marges. » (Flore Garcin-Marrou)

À l'image de la solitude paradoxalement surpeuplée du philosophe-dramaturge, ce conte chaosmique sera phrazzé par son auteur à la manière des dits, des spoken words, des jazz poems... que je performe depuis de nombreuses années sur les scènes jazzistiques et théâtrales.

Une rhapsodie verbale, tchatchée, phrazzée, sprechtdéjantée...
offerte au pupitre et à voix nue dans la crudité d'un pur théâtre de parole.


« Seule la bouche capable de devenir une oreille / est une vraie bouche »
Serge Pey